La Belle Gaspésienne

Stéphanie Morin, La Presse, 27 août 2011

Lové au fond d’une baie tranquille, loin du brouhaha de la route 132, Métis-sur-Mer baigne dans une ambiance surannée, avec ses villas cossues construites par la bourgeoisie anglophone, qui en fait son lieu de villégiatures vers la fin du XIXe siècle. Visite d’un des plus beaux villages du Québec, où la vie coule paisiblement.

Une bédé signée Djian, un essai sur le commerce équitable, un traité de spiritualité pour les nuls, des romans de Barricho, Laferrière, Sand, Gary… Une fois calé contre l’oreiller, avec la mer qui gronde au pied du lit, le lecteur n’a qu’à tendre la main pour faire son choix.

À l’Auberge du Grand Fleuve, les chambres ont des allures de bouquinerie avec des livres empilés dans tous les coins. Depuis 16 ans, lecteurs boulimiques, gourmets et vacanciers en quête de tranquillité font escale dans ce chaleureux «bouquincouette» dans le secteur Les Boules de Métis-sur-Mer. [ … ]

Article_La_Presse_La Belle_Gaspésienne_27_aout_2011